Mazel Tov !

Publié le par subwheat

Une nouvelle alliance vient de voir le jour : Europe Ecologie

Voici leur manifeste

Assemblage hétéroclite de Daniel Cohn-Bendit, José Bové, Eva Joly...on a envie d'y croire !

Voici un courrier adressé à Dany le rouge afin de connaître sa position sur la question de la dette publique :

Bonjour M. Cohn Bendit, Votre récente initiative m'intéresse et votre manifeste est empreint de principes et de valeurs positifs, je suis prêt à franchir le pas et à vous verser ma cotisation. Voire même à aller plus loin dans mon engagement à vos côtés. Néanmoins, il reste un point d'économie que je souhaite soulever et sur lequel des milliers de français débattent, échangent et s'instruisent. Votre position sur ce point m'éclairerait. Ce point, vous l'évoquez à demi-mot dans votre manifeste, alors que selon moi, il pourrait être l'argument électoral qui vous positionnerait en véritable révolutionnaire.

Les taux d’intérêts bancaires et la spéculation sur l’argent, sont les causes premières de la crise mondiale des 2 écos (nomique et logique)... Depuis 1973, la Banque de France ne peut plus prêter directement au trésor public, cette mesure à été prise pour réguler le processus de création monétaire et éviter l'inflation. En conséquence, l'état monnaie ses bons du trésors sur le marché obligataire et plus de 80% de ses créanciers sont des organismes bancaires ou des assureurs. C'est à eux que vont les intérêts faramineux de cette dette infinie et que la classe politique dans son ensemble n'a de cesse de creuser. Depuis 1992 et le traité de Maastricht (art.104) cette contrainte ultra-libérale a été érigée à un degré "quasi-constitutionnel".

Voici les remords d'un grand banquier au soir de sa vie...  Sir Josiah Stamp, Directeur de la Banque d'Angleterre 1928-1941, 2ème fortune d'Angleterre. Le système bancaire moderne fabrique de l'argent à partir de rien. Ce processus est peut-être le tour de dextérité le plus étonnant qui fut jamais inventé. La banque fut conçue dans l'iniquité et est née dans le pêché. Les banquiers possèdent la Terre. Prenez la leur, mais laissez-leur le pouvoir de créer l'argent et, en un tour de mains, ils créeront assez d'argent pour la racheter. Ôtez-leur ce pouvoir, et toutes les grandes fortunes comme la mienne disparaîtront et ce serait bénéfique car nous aurions alors un monde meilleur et plus heureux. Mais, si vous voulez continuer à être les esclaves des banques et à payer le prix de votre propre esclavage laissez donc les banquiers continuer à créer l'argent et à contrôler les crédits. Donc, j'en viens à ma question. Pensez-vous que l'émission monétaire publique (par exemple strictement limitée au cadre européen) doit-être libérée des taux d'intérêts ? Cette année en Euroland, la masse monétaire à augmenté de 11% sans que l'on n'entende parler du "spectre de l'inflation"...au contraire, c'est bien son alter-ego déflationniste que l'on voit poindre.

Bref, il me semble que pour se donner les moyens d'appliquer la politique ambitieuse que vous évoquez dans votre manifeste, l'Europe doit s'émanciper de ce joug tutélaire que les disciples de Milton Friedman sont parvenu à imposer au monde.

Commenter cet article